Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

Grands chambardements dans le paysage bancaire européen



Grands chambardements dans le paysage bancaire européen
Près d’un mois après la faillite de Lehman Brothers, la crise bancaire a incontestablement frappé l’Europe et les annonces de nationalisation ou de fusions-acquisitions défensives se multiplient sur le vieux continent.

FRANCE

Après la fusion de leurs banques d’affaires Natexis et Ixis dans NatIxis, les deux banques mutualistes Caisse d’Epargne et Banques Populaires ont indiqué réfléchir à une fusion de leurs caisses centrales sans toutefois rapprocher leurs réseaux commerciaux. Les deux banques n’ont pas évoqué les motivations de ce rapprochement mais certains journaux économiques pointent les difficultés de Natixis, très exposées à la crise du crédit, ou encore les récentes rumeurs du Canard enchaîné sur les difficultés des Caisses d’Epargne...

BENELUX

Une semaine après le sauvetage in extremis du belgo-néerlandais Fortis par les états du Benelux, la banque Français BNP Paribas a indiqué dimanche soir le rachat de 75% du capital de ses filiales en Belgique et au Luxembourg. Valorisée 14,5 milliards d’euros, l’opération est entièrement réalisée en échange d’actions ce qui fait au passage de l’Etat belge le premier actionnaire de BNP Paribas avec environ 11,7 % de son capital.

ALLEMAGNE

En Allemagne, les difficultés de la banque Hypo Real Estate, spécialiste du crédit immobilier, semblent plus grave que prévu. Après avoir demandé puis obtenu des autorités allemandes une garantie de crédits de 35 milliards d’euros, la banque a nécessité une rallonge supplémentaire de 15 milliards d’euros, suscitant la colère des autorités de Berlin. Mise devant le fait accompli, la chancelière Angela Merkel a indiqué dimanche que "ceux qui ont géré leur établissement de façon irresponsable devraient rendre des comptes"...

ITALIE

Relativement préservée pour le moment, l’Italie commence toutefois également à être touchée par la crise. La banque UniCredit vient par exemple de voter une augmentation de capital de 6,6 milliards d’euros et d’émettre des obligations convertibles, entraînant une autre augmentation de capital, pour un montant de 3 milliards d'euros. Une double opération qui pousse de nombreux analystes à douter de sa solidité financière et à anticiper d’autres incidents sur le marché italien.

Face à ce flot de mauvaises nouvelles, la bourse de Paris était en forte baisse ce lundi de près de plus de 7%, repassant non seulement sous la barre des 4000 points mais également sous le seuil des 3800 points....


Lundi 6 Octobre 2008

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats