Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

"Le site Halalparadise fera une large place à l’investissement islamique "

Co-fondateur avec Farid BOUJIJ du site www.halalparadise.com et spécialiste en finance islamique, Monsieur Mamadou SY, revient avec nous sur l’actualité de la finance islamique qui est en phase de démarrage en France.



"Le site Halalparadise fera une large place à l’investissement islamique "

Co-fondateur avec Farid BOUJIJ du site www.halalparadise.com et spécialiste en finance islamique, Monsieur Mamadou SY , revient avec nous sur l’actualité de la finance islamique qui est en phase de démarrage en France.

 

1) Monsieur SY on parle beaucoup en ce moment de la finance islamique dans les médias français Où en est-on aujourd’hui en France ?

 

Dés 2008, la France a accueilli avec intérêt la finance islamique surtout avec une première initiative réussie sur l'île de la Réunion où la Société générale a élaboré un produit financier en adéquation avec la loi coranique (qu'elle a distribué via sa filiale la BFCOI), avec une table ronde au Sénat consacré à la finance islamique et un engagement personnel de Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances à l’époque.
Avec quatre millions de résidents français d'origine musulmane susceptibles de souscrire des produits d'épargne compatible avec les principes de la Charia, l'étendue du marché français de la finance islamique constitue un débouché majeur.
Le sujet est d’autant plus d’actualité, qu’il y a quelques jours seulement, se déroulaient le séminaire Euromoney et la conférence de Paris sur la Finance Islamique.
A cette occasion, le Gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a rappelé que durant ces deux dernières années, les autorités françaises, en collaboration avec l'industrie financière et en particulier par l'intermédiaire de Paris-Europlace, ont entrepris d'importantes réformes pour permettre l'admission des principes conformes à la charia dans le monde de la finance.
Christian Noyer a insisté sur le « potentiel » que représente la population musulmane en France et sur le rôle majeur que peut jouer une banque de détail tournée vers les musulmans. Il a tenu à rappeler que le modèle sur lequel se fonde la finance islamique a montré sa robustesse dans un marché en pleine crise.
Aussi, la ruine des marchés financiers dans les pays de l'OCDE, dont la France fait partie, constitue un second facteur d’attrait.
Les institutions financières islamiques peuvent jouer un rôle de premier plan dans le rétablissement de la confiance et soutenir l’intégrité du système financier.
De nature moins risquées les banques islamiques sont, par définition, assimilées à des établissements financiers plus rassurants que les banques conventionnelles au vu des turbulences des marchés financiers mondiaux, et elles présentent plusieurs caractéristiques intéressantes, notamment en matière de gestion des risques, de transparence ou de régulation.
L'implantation en France de la finance islamique est encouragée par le gouvernement, qui oeuvre notamment au plan législatif pour la faciliter, d’ailleurs, les avancées sont très encourageantes et l’arrivée effective de la finance islamique en France est imminente, cependant, à ce jour, il n’existe toujours aucune banque islamique sur le territoire.
Dès l’année prochaine, les premiers guichets de la Qatar Islamic Bank devraient être implantés en France.
En parallèles, les banques françaises ne resteront sûrement pas en marge de ce dossier. Pour prendre l’exemple de la Grande-Bretagne, 4 banques anglaises prospèrent déjà sur ce créneau. Et elles craignent de manquer la centaine de milliards de dollars en provenance des pays du Golfe que la Place de Paris pourrait, en principe, canaliser.

 

2) On parle souvent de l’interdiction de l’usure et des jeux d’argent etc. ... Mais le grand public sait finalement peu de choses sur la finance islamique Pouvez-vous nous informer sur ce sujet ?

 

La finance islamique est basée sur le droit musulman qui interdit notamment l'intérêt et demande que les investissements réalisés soient socialement responsables.
Elle connaît aujourd’hui un succès appelé à se pérenniser au regard d’une forte présence de liquidités dans un certain nombre de pays musulmans, et d’une réelle demande pour des produits compatibles avec la Charia.
La Charia, la loi islamique qui s’appuie notamment sur les écritures du Coran et les paroles du Prophète Mahomet, apporte un cadre normatif à différents aspects de la vie des musulmans.
En particulier, elle édicte cinq grands principes sur le rapport des musulmans à l’argent :

  • l’interdiction de l’intérêt (Riba)
  • le partage des profits et des pertes entre le prêteur et l’emprunteur
  • l’interdiction de l’incertitude et du hasard (Gharar), notamment la spéculation
  • l’existence d’un actif sous-jacent, soit l’obligation d’adosser tout placement à un actif réel
  • l’interdiction des actifs illicites (Haram), déterminés comme tels par le secteur d’activité et la situation financière de l’entreprise.

Chaque institution financière islamique est dotée d’un conseil de la Charia (Charia Board) composé d’experts (érudits, juristes, économistes) qui rendent des avis mis sur le marché. De plus, des audits (internes et externes) sont régulièrement réalisés afin de valider le respect des principes islamique.
L’investissement islamique que suit le croyant sur le chemin de l'Islam est différent de l’investissement dit éthique car il interdit l’utilisation de l’intérêt comme mode de rémunération pour l’épargnant ou le prêteur.
En outre, afin de rester conforme au droit musulman, un autre des éléments du principe fondamental de la finance islamique repose sur le secteur d’investissement en question.
La liste des activités proscrites est variable et inclut :

la filière porcine
l’alcool
l’industrie financière
la pornographie
les jeux de hasard
l’armement
le tabac
l’industrie des loisirs

 

3) Dans quels pays la finance islamique est-elle la plus développée ?

 

En une trentaine d’années, le système, basé essentiellement en Egypte et dans le Golfe, est devenu une industrie, prospérant surtout à Bahreïn et dans les Emirats arabes unis.
Les premières grandes banques islamiques sont Islamic Development Bank, Dubai Islamic Bank et Albaraka Banking Group.
Le développement de celles-ci s’inscrit dans une démarche logique qui consiste à répondre à une réelle demande du monde musulman, au développement et la promotion de nouveaux moyens de financements en conformité avec la Charia.
Au début des années 80, deux Etats ont introduit officiellement à grande échelle les pratiques de la finance islamique : l'Iran (1983), de manière presque radicale, le Pakistan (1979), d'une façon plus progressive.
Par la suite, les établissements financiers islamiques se sont multipliés dans les pays majoritairement musulmans dés 1983 ; en Arabie saoudite, au Bahreïn, Égypte, aux Émirats arabes unis, en Malaisie, au Sénégal…
Aujourd'hui, les institutions financières islamiques ont aussi fait leur apparition dans des pays non musulmans, mais où vit une minorité musulmane relativement importante et en expansion. Les banques islamiques ont plus de 300 institutions réparties sur 51 pays, en plus de 250 fonds communs de placement qui se conforment aux principes islamiques.
L’essor de la finance islamique est un phénomène auquel ne peut pas échapper l’Europe. Aujourd’hui, la finance islamique opère dans près de 80 pays et près de 200 institutions financières gèrent entre 600 et 800 milliards de dollars.

 

4) Vous avez développé un portail musulman nommé Halalparadise. Les banques développant des produits islamiques seront-elles vos annonceurs ?

 

Effectivement, j’ai crée ce portail halal destiné aux musulmans francophones.
Le site Halaparadise fera une large place à l’investissement islamique et nous comptons proposer aux banques musulmanes un espace publicitaire sur le site.
La communauté musulmane française est composée aujourd’hui de plus de six millions de personnes et est une cible de choix pour les pôles marketing des banques islamiques.
Notre portail ayant une audience très ciblée, c’est un très bon support de communication pour les acteurs bancaires musulmans.


Jeudi 8 Octobre 2009

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats