Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

Les frais bancaires sont de plus en plus chers, soyez vigilants

Les frais bancaires, qui sont censés être très peu facturés pour fidéliser les clients, sont aujourd’hui de plus en plus chers. Les clients déchiffrent rarement cette hausse, mais au final, la facture devient très salée. L’organisation de défense des consommateurs (ufc que choisir) a mené une enquête et dénonce cette évolution des frais bancaires trop onéreux qui nuit au consommateur. Zoom sur cette étude, qui dévoile la face cachée des banques.



Les frais bancaires, qui sont censés être très peu facturés pour fidéliser les clients, sont aujourd’hui de plus en plus chers. Les clients  déchiffrent  rarement cette hausse, mais au final, la facture devient très salée. L’organisation de défense des consommateurs (ufc que choisir) a mené une enquête et dénonce  cette évolution des frais bancaires trop onéreux qui nuit au consommateur.  Zoom sur cette étude,  qui dévoile la face cachée des banques.

Les frais bancaires de plus en plus illisibles, n’ont cessé d’augmenter entre 2004 et 2009. C’est le constat que révèle l’enquête effectué par l’organisation de défense des consommateurs (ufc que choisir). Cette étude, lancée après la décision de Christine Lagarde, de confier une mission sur les frais bancaires, en mars, à deux personnalités, (Georges Pauget ancien directeur général du crédit lyonnais) et Emmanuel Constans (président consultatif du secteur financier),  montre des chiffres frappants. En réalité depuis 2001, les commissions clients ont augmenté de 1,7 fois plus que le PIB, cet écart s’est encore creusé dans les trois  dernières années. A l’heure actuelle, selon les estimations, les frais bancaires représentent un marché de plus de 15 milliards d’euros.

Comparer les tarifs relève du parcours du combattant accuse l’organisation de défense des consommateurs. Il est en effet très difficile pour le consommateur de faire cette  comparaison  des tarifs entre les banques, car ils sont dissimulés volontiers dans des brochures opaques qui comptent  en moyenne 24 pages et 303 tarifs. LCL, en n’est la preuve, avec une brochure de 64 pages, et la caisse d’épargne avec 396 tarifs. C’est ce manque de clarté que dénonce l’ufc : Au final le consommateur qui souhaiterait faire un comparatif entre ces 12 banques, aurait à manier 290 pages, et 3638 lignes tarifaires : l’exhaustivité des tarifs est ici complètement décourageante. En réalité, les libellés des opérations affichées dans les brochures tarifaires sont souvent obscurs pour le consommateur mais aussi pour l’employé de banque qui a souvent du mal à expliquer la signification des opérations tarifaires.

Cette hausse des frais bancaires frappe les clients les plus fragiles. En effet depuis 2004, les banques facturent des services qui étaient auparavant gratuits. En moyenne il y’a 9 nouvelles opérations facturées qui s’ajoutent à la longue liste déjà existante des opérations payantes. L’ufc dénonce aussi le package vendu par les banques, censé procurer  des avantages aux clients, mais se révèle en réalité très cher. De 2004 à 2006, le prix du package moyen a augmenté de 12,2%, alors que l’inflation était pour la même période de 8%.

Face à ce constat, l’association de défense des  consommateurs propose 7 mesures à Christine Albanel, afin de rendre les frais bancaires plus transparents et de réduire leur cout :
Pour rendre les tarifs plus visibles : l’instauration d‘une information préalable du consommateur avant le prélèvement sur son compte, la mise en place d’une dénomination commune et obligatoire des différents frais et services bancaires, l’obligation pour chaque brochure tarifaire de comporter une première page introductive résumant les tarifs annuels et par opération.

Pour moraliser les pratiques tarifaires : la consécration dans la loi de la jurisprudence de la cour de cassation sur le calcul du TGE, du découvert non autorisé, et la limitation du nombre et des pénalités financières.
Enfin, pour que la baisse des couts profite au consommateur : la création d’un observatoire des tarifs bancaires sur les opérations les plus courantes.

 

 

 Assanatou Baldé


Mercredi 2 Juin 2010

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats