Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

Nouveau Jeudi noir pour les grandes places financières



Nouveau Jeudi noir pour les grandes places financières
Les quelque 200 milliards d'euros investis par les grandes banques centrales n'auront pas suffi pour éteindre la crise déclenchée par les crédits hypothécaires aux ménages à risque (SubPrime) aux Etats-Unis.

Pour la troisième journée consécutive, les grandes places financières ont sérieusement dévissé ce jeudi : -1,99% à Tokyo pour l'indice Nikkei, -2,36% à Francfort pour l'indice DAX, -3,97% à Londres pour l'indice Footsie et -2,18% à New York pour l'indice Dow Jones.

A Paris, l'indice CAC40 ne fait pas exception à la règle en reculant également de -3,26% à 5265 points, proche du seuil techniques des 5250 points, un seuil qui pourrait déclencher une vague de ventes automatiques. Depuis 12 mois, l'indice parisien affiche encore une timide hausse de +2,34% mais déjà une forte baisse de -4,99% depuis le 1er janvier.

Ces baisses semblent avoir été déclenchées par la publication de chiffres sur l'économie américaine, laissant présager d'une extension de la crise du subprime à l'économie réelle. Outre des chiffres sur le chômage, conformes aux prévisions, le département du commerce américain a indiqué que les mises en chantiers de logements sur le territoire américain avaient reculé en juillet de 20,9% sur un an, à 1,381 million d'unités, contre 1,405 million prévues par les analystes.

Cette volatilité des marchés a d'ailleurs poussé Christine Lagarde, Ministre de l'économie de Nicolas Sarkozy, à sortir de sa réserve pour expliquer qu'elle "ne croyait pas aujourd'hui en une contamination de l'économie réelle en France" […] et qu'elle maintenait "la prévision de croissance du gouvernement pour 2007, à 2,25 % et 2,5 %". Une méthode coué qui n'aura en tout cas pas fait changer d'avis des marchés financiers, attendus encore baissiers pour les prochains jours mais qui pourraient se reprendre dès septembre, si les grandes banques centrales renoncent à relever leurs taux d'intérêts, des hausses à l'origine -rappelons le- de cette fameuse crise des crédits hypothécaires.


Jeudi 16 Août 2007

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats