Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

Victor SAADA : 'Notre Groupe a la particularité de promouvoir la Tontine depuis 1844'

Directeur commercial du groupe Le Conservateur, Victor SAADA présente les différents produits de son groupe et partage sa stratégie, en particulier dans l'internet.



Victor SAADA : 'Notre Groupe a la particularité de promouvoir la Tontine depuis 1844'

Victor SAADA, pouvez vous nous présenter le Groupe LE CONSERVATEUR ?

VS -Le Conservateur est un Groupe d'assurances mutuelles indépendant créé il y a 163 ans au service du patrimoine. Il commercialise des produits d'assurances de personnes ( Tontine, Prévoyance, Multisupports, Madelin et le PERP). Le Groupe compte 150 000 sociétaires et gère plus de 4 milliards d'euros d'actifs. En 1988, il crée un établissement financier pour promouvoir des nouveaux OPCVM.

Comment se répartit votre chiffre d'affaires entre vos différentes sociétés? Pourriez vous devenir une banque?

VS - Sur 472 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2006, la Mutuelle représentait 257 millions d'euros , les Associations 145 millions d'euros, et Conservateur Finance 70 millions d'euros. Notre Groupe a la particularité de promouvoir depuis 1844 la Tontine. Les Associations Mutuelles Le Conservateur sont nées en 1844, en se donnant pour vocation de regrouper des personnes ayant la même volonté d'épargner. Dans le plus pur esprit mutualiste, les fruits de la gestion sont intégralement répartis entre tous ses membres. Nous sommes reconnus aujourd'hui comme l'acteur majeur de la vente du produit Tontine. Nous sommes également très performants sur notre contrat monosupport en euros AREP, qui affiche une rentabilité exceptionnelle de 5% (NDLR : Rendement net de frais et hors prélèvement sociaux) ces trois dernières années et nous misons également depuis trois ans sur un nouveau multisupports Conservateur Helios. Nous affichons une croissance de notre Chiffre d'affaires de + 61 % sur les 3 dernières années. Nous n'aspirons pas à devenir une banque. Nous souhaitons surtout nous concentrer sur notre coeur de métier qui est l'assurance de personne et développer des produits et des services autour de cette idée.

Avec la montée en puissance de l'internet, pourriez vous envisager une vente directe de vos produits ?

VS - Notre département communication a souhaité refaire notre site web afin de le rendre plus attractif, dynamique, tout en préservant une connotation institutionnelle. Ce changement a permis une meilleure visibilité et développe aujourd'hui une dizaine de contacts par jour. Ces contacts sont exploités très rapidement par nos réseaux de distribution et notre taux de transformation est de 50%. C'est pour cette raison que nous pensons que l'outil internet doit être réservé à soutenir nos réseaux de vente.

L'internet est également associé au"discount" avec des produits sans frais d'entrée. Les craignez vous ?

VS - Dès lors que ces sociétés respectent les chartres de déontologie et de transparence de notre profession, je pense qu'il y a de la place pour tous. Un client qui nous confie son patrimoine financier établit une relation de confiance dans la durée avec son conseiller. Ce qui nous démarque d'internet, est cette proximité et cette collaboration que nous entretenons avec nos sociétaires. Notre diagnostique et notre disponibilité justifient la différence des frais d'entrée. Internet est un vecteur de communication, d'informations et de prises de contacts, incontournables pour les prochaines années.

Dans votre secteur, qu'attendez vous du nouveau président de la république et de son gouvernement ?

VS - La première revendication est de ne pas toucher à la fiscalité de l'assurance vie car ce placement est largement plébiscité par les français pour préparer leur retraite. Les avantages de l'assurance vie devraient être irrévocables. Ces produits représentent un secteur entier de l'économie et cela constitue de manière indirecte un contre poids aux fonds de pension anglo-saxons et donc participe à stabiliser le capital des grandes entreprises françaises. Dernière idée, le secteur de l'assurance est un secteur qui recrute.



Mercredi 6 Juin 2007

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats