Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

La complémentarité de l’assurance vie et des épargnes prévoyance



L’assurance vie, placement préféré des Français en termes de dépôt, n’en finit pas de démultiplier ses utilités. Constitution d’une épargne en vue d’un projet, préparation de sa retraite ou encore placement dans le but de transmettre un capital aux bénéficiaires désignés, elle s’avère en effet, bien souvent, la solution pour se créer un capital au fil des ans.
Pourtant, en matière de prévoyance, le besoin d’argent peut également se révéler être immédiat. Or, à moins d’avoir placé des sommes conséquentes dès l’ouverture du contrat, l’assurance vie ne répond que peu souvent à ce type de besoins. Avec des objectifs et des avantages bien définis, cette dernière peut alors être complétée par d’autres solutions d’épargne.
C’est le cas de l’assurance décès, de la garantie obsèques ou encore de la garantie des accidents de la vie.

<>L’assurance décès en complément de l’assurance vie<>

Première de ces garanties complémentaires, l’assurance décès. Une cotisation souvent mensuelle est versée sur ce contrat. Le montant est fonction du capital que le souscripteur souhaite voir être remis à son ou ses bénéficiaires au jour de son décès et de son âge au jour de la signature du contrat. Cette somme peut atteindre, au maximum, 100 000 euros. Lors du décès, la somme ainsi définie est alors versée immédiatement aux héritiers du contrat, quel que soit le montant des versements enregistré.
Sa remise est effectuée sous forme de rente ou de capital. Elle peut, en outre, être utilisée librement, par exemple pour régler le montant d’un prêt contracté, faire face aux dépenses du foyer ou assurer le paiement des études des enfants.
Seule contrainte de cette assurance décès, elle n’est valable qu’en cas de disparition avant l’âge de 70 ans. Si l’assuré est toujours en vie après cet âge, le contrat prend alors fin et aucun capital n’est dû.
Cette clause peut alors sembler restrictive, pourtant les avantages de ce contrat restent importants, à commencer par ce capital garanti aux bénéficiaires (jusqu’à quelque 100 000 euros), qu’il ait été versé la somme totale ou seulement 1 000 euros sur le contrat. En comparaison, si une assurance vie permet de constituer un capital plus important, il n’en demeure pas moins que cela dépend directement des sommes versées et donc de la capacité d’épargne du souscripteur. Ainsi, si seulement 5 000 euros ont été déposés, les bénéficiaires ne toucheront alors que cette somme augmentée des intérêts et plus values… sous la condition que le placement n’ait pas été réalisé en unités de comptes avec des moins-values.
Les objectifs des deux épargnes sont donc différents tout en s’avérant, au fil des ans, complémentaires pour, passé l’âge de 70 ans, pouvoir quoi qu’il arrive transmettre un capital avec l’assurance vie, tout en étant certain qu’il pourra également en être de même en l’associant à une assurance décès.

<>La prévoyance obsèques, de plus en plus utilisée<>

Également en complément de l’assurance vie, une autre garantie connaît de plus en plus de succès, celle de la garantie obsèques. Le principe en est des plus simples puisqu’il consiste en l’épargne d’une certaine somme d’argent aux fins d’être utilisée pour le règlement des frais d’obsèques. Le capital qui y est habituellement consacré et donc choisi par le souscripteur se situe entre 1 500 et 15 000 euros.
Son règlement est réalisé soit par le paiement de cotisations régulières calculées en fonction de l’âge sur une durée prédéterminée ou, chez certains assureurs, en le règlement d’une cotisation unique. Ce contrat est de plus en plus associé à d’autres services tels que le choix du bénéficiaire, bien sûr, mais aussi la possibilité, pour l’assuré, de laisser des consignes précises pour son enterrement.
Les établissements proposant ce type de contrat mettent également tous en place un service d’assistance à la famille pour les aider dans les démarches à réaliser lors du décès d’un proche. L’autre avantage du contrat est d’ailleurs le versement rapide des fonds, en seulement quelques jours, que ce soit aux bénéficiaires ou directement à l’entreprise de pompes funèbres.
Les proches sont alors libérés de cette charge, ce sans toucher à l’héritage ni même sans la moindre formalité.

<>Le quotidien assuré avec la garantie des accidents de la vie<>

Enfin, parmi ces garanties de prévoyance supplémentaires pouvant être souscrites, il en est une dernière, là encore de plus en plus utilisée : la garantie des accidents de la vie. Le but de cette nouvelle assurance est d’assurer le bénéficiaire du versement d’un capital dans le cas d’un accident entraînant une invalidité partielle ou totale. De plus en plus de contrats proposent également une indemnisation en cas d’invalidité limitée dans le temps, avec un choix possible du niveau de blessure déclenchant l’indemnisation.
Cette garantie est aujourd’hui très fréquente avec un recours fréquent pour tous ceux qui en sont détenteurs. En effet, pas moins de sept Français sur 100 sont victimes, chaque année, d’un accident domestique.
Avec cette aide, il est alors possible de recevoir une indemnisation calculée suivant le niveau d’incapacité et les conséquences de l’accident sur la vie professionnelle de l’assuré, pouvant aller jusqu’à plus d’un million d’euros.
Cette garantie des accidents de la vie n’impose également aucune limite d’âge. Elle permet alors, pour les détenteurs d’une assurance vie, de pouvoir subvenir aux besoins créés par cet événement sans être obligés de recourir à leurs économies. L’occasion alors de continuer à vivre sans se soucier, en plus, des conséquences financières de cet accident.
Avec l’ensemble des assurances de prévoyance aujourd’hui sur le marché, l’assurance vie trouve ainsi un bon complément lui permettant de conserver son principe premier, celui de fournir une épargne à la suite de placements sur le long terme, de préparer sa retraite en toute sérénité quels que soient les événements et de transmettre un capital sans que ce dernier ne soit amputé dès son versement pour faire face aux frais afférents, notamment concernant les obsèques. Une autre façon, donc, de penser l’épargne en différenciant économie et protection des siens.


Mardi 14 Décembre 2010

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats