Assuvia



La Lettre d'Assuvia

script type="text/javascript">

Recherche






Liste de liens

Les différents frais sur l’assurance vie



En seulement quelques années, c’est tout le secteur de l’assurance vie qui s’est modifié. La raison en est simple : l’arrivée de nouveaux établissements financiers sur ce secteur, proposant leurs produits directement sur Internet.
La première conséquence de cette évolution des prestataires a concerné les frais. Souvent très présents, et ce dès l’ouverture de compte, les banques en ligne se sont en effet employées à les diminuer et même, pour certains, à les faire disparaître. Il n’empêche, aujourd’hui, assureurs sur le web et traditionnels cohabitent avec des contrats et des performances très divers, et des frais présents à tous les instants de l’assurance vie.
Cela n’arrête cependant en rien les bons résultats de cette dernière qui continue, aujourd’hui encore, à être l’épargne préférée des Français en termes de capitaux investis, devant le Livret A.
Principalement cinq types de frais se retrouvent dans quasiment tous les contrats d’assurance vie.

<>Des frais en assurance vie sur les placements<>

Premiers d’entre eux à être facturés, les frais de dossier. Ceux-ci sont en effet dus dès la souscription du contrat. Ils sont payables en une seule fois et sont souvent confondus avec les frais d’entrée qui n’ont pourtant rien à voir puisque concernant les versements.
Ces frais de dossier, donc, correspondent à une somme souvent réduite puisque n’excédant pas 50 euros et visant à couvrir les frais d’enregistrement administratif du contrat. Alors que beaucoup d’établissements ont désormais abandonné ces prélèvements en en faisant même l’un de leurs arguments commerciaux, pour les autres, il est tout à fait possible de les négocier. Cela n’est cependant pas le cas pour les contrats collectifs. Ces derniers, souscrits entre l’assureur et une association à laquelle chaque assuré adhère, ne permettent en effet aucune négociation individuelle. Ils correspondent alors, bien souvent, aux frais d’adhésion à l’association.
Autres frais très courants, ceux de versement. Autrement appelés frais d’entrée, ils sont principalement facturés par les banques traditionnelles, distributrices des contrats d’assurance vie. En effet, les banques et assureurs en ligne, dans leur plus grande majorité ont, dès leur apparition sur ce segment, au début des années 2000, abandonné ces frais souvent très couteux, surtout pour les petits épargnants. Leur principe correspond à des frais exprimés en pourcentage sur tous les versements effectués, dès l’ouverture du contrat. Le capital ainsi placé est donc systématiquement amputé. Les banques procèdent cependant, régulièrement, à des opérations promotionnelles permettant de bénéficier de versements sans retenues pour une durée limitée dans le temps.

<>La gestion payante des contrats d’assurance vie<>

Autres frais inconditionnels de l’assurance vie, les frais de gestion. Ceux-ci concernent les opérations effectuées sur le contrat, tout au long de sa détention, que le placement soit en fonds euros ou multisupport. Leurs prélèvements sont, pour leur part, définis au sein du contrat, pour une échéance en principe annuelle. Leur montant s’élève en moyenne entre 0,5 et 2 % du montant de l’épargne. Ils sont souvent légèrement plus élevés dans les établissements proposant les contrats en ligne.
Ils sont prélevés sur les intérêts générés pour tout placement sur le fonds en euros. Pour tout investissement en unités de compte, le calcul se fait en revanche sur la valeur de chaque part ou sur le nombre de parts. Ils sont, de ce fait, plus élevés sur ces derniers.
Ces frais de gestion peuvent également être démultipliés avec, suivant l’établissement, l’application de frais de gestion des fonds d’investissement, sans parler des frais de transaction de ces mêmes fonds.
Axés uniquement sur les contrats multisupport ou en unités de compte, les souscripteurs sont également redevables de frais d’arbitrages. Ces derniers concernent les transferts de parts d’un support à un autre. Leur calcul est réalisé sur les sommes concernées par ce changement et est exprimé en pourcentage. Le montant des frais d’arbitrage correspond bien souvent à l’équivalent d’1 % des sommes ainsi basculées.
Plusieurs banques proposant les contrats d’assurance vie appliquent un tarif forfaitaire ou l’application d’un minimum d’investissement. D’autres appliquent, en revanche, un montant plancher de prélèvement, qui peut également être plafonné. Enfin, les banques et assureurs en ligne ont souvent pris pour principe d’inclure, dans leurs offres commerciales, la gratuité d’un certain nombre d’arbitrages par an. L’offre la plus intéressante est alors souvent fonction des montants à investir et à déplacer d’un support à un autre.
Enfin, derniers frais traditionnellement prélevés, les frais précomptés. Bien que de moins en moins courants, ils restent cependant encore proposés et nécessitent la plus grande attention suivant l’optique d’épargne de chacun. En effet, sans conséquence pour un placement à long terme, ils seront en revanche très pénalisants pour du court terme.
Leur principe est simple puisqu’au lieu de prélever un pourcentage sur chaque versement, l’établissement financier établit que les premiers dépôts servent à régler les frais par anticipation, pouvant ainsi s’apparenter à un forfait. Souvent fixés sur une ou deux années avec des versements réguliers, cela correspond alors à disposer, à l’issue de cette période, d’un capital nul. Passé cette période, les versements sont alors exempts de tout prélèvement. D’où l’intérêt de ne souscrire ce type de contrat qu’en vue d’un investissement au long terme. Afin de garantir au souscripteur une meilleure visibilité de son contrat, la loi impose désormais à l’assureur de fournir, lors de la signature du contrat, un tableau présentant les valeurs de rachats futures suivant les dépôts programmés.
Les frais sont donc particulièrement nombreux concernant les placements en assurance vie. Aussi, il est nécessaire de bien en tenir compte dans tout comparatif afin d’éviter toute mauvaise surprise. Cependant, afin de simplifier la tâche des investisseurs, de plus en plus d’établissements indiquent désormais leurs rendements nets des frais. Une bonne solution pour savoir avec plus de précision le montant exact des intérêts et plus values que chaque assuré peut espérer… tout en gardant bien à l’esprit que chaque investissement en multisupport et en unités de compte, correspondant à des placements en bourse, restent aléatoires concernant les résultats à en attendre.


Mardi 14 Décembre 2010

Actualité | Revue de web | Dossiers | Entretiens | Lois & Règlements | Informations utiles | Contrats